John Dewey, La quête de la certitude, trad. de l’anglais par Patrick Savidan

John Dewey, La Quête de certitude (1929), traduction de l’anglais (États-Unisproduct_9782070142835_195x320), présentation et notes par Patrick Savidan, Paris, Gallimard, coll. « La Bibliothèque de Philosophie », 2014.

Lorsqu’en 1929 John Dewey (1859-1952) publie La Quête de certitude, il se tient à un moment déterminant de sa trajectoire : il a, depuis le début des années 1920, fait successivement paraître Reconstruction in Philosophy (1920), Human Nature and Conduct (1922), Experience and Nature (1925). Cette séquence traduit l’effort hors du commun que produit alors le philosophe pour donner à sa pensée tous les moyens et les outils qu’elle requiert, pour expliciter les raisons qui justifient l’urgence, politique et éthique, de sa mise en œuvre.
La Quête de certitude, dont on a souvent dit qu’il constitue l’exposé le plus précis et le plus complet du pragmatisme de Dewey, rassemble et réagence de manière décisive les résultats obtenus. Le point de départ en est la dénonciation des difficultés que suscite le besoin de certitude lorsque celui-ci se confond avec une quête de l’immuable et du permanent. S’appuyant sur l’exemple de l’enquête telle qu’elle se pratique dans les sciences de la nature, John Dewey se demande comment conduire l’intelligence dans le domaine des valeurs. Renonçant à l’opposition de la connaissance et de l’action, de la théorie et de la pratique, il propose une méthode visant à garantir, par la considération des conséquences, la sûreté du jugement. Tel est l’axe autour duquel pivote la révolution copernicienne qu’il appelle de ses vœux.

Tiré des Gifford Lectures que John Dewey fut invité à donner au printemps 1929, La Quête de certitude est une œuvre philosophique de maturité qui constitue en même temps un point d’accès privilégié à l’ensemble de la pensée du philosophe.

Recherche

Menu principal

Haut de page