L’HOMME ET LA NATURE : POLITIQUE, CRITIQUE ET ESTHETIQUE DANS LE ROMANTISME ALLEMAND 18-20 OCTOBRE 2017

 

ORGANISATION : GIULIA VALPIONE ET ARNAUD FRANÇOIS

Argument

Ce colloque a pour objectif l’étude d’un courant de pensée aussi vaste que prolifique en Europe : le romantisme. On se concentrera sur le romantisme allemand, dans la mesure où la philosophie joue un rôle particulièrement important dans sa naissance et dans son développement. Le thème du colloque rentre pleinement dans le champ de recherche du laboratoire « Métaphysique allemande et philosophie pratique » (MAPP, EA 2626), à savoir la philosophie allemande depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Ce colloque doit être conçu en continuité avec les séances du séminaire du laboratoire qui se tiendront au printemps 2017, et qui seront consacrées à la naissance du romantisme allemand (avec une attention particulière aux réflexions de l’un de ses fondateurs, Friedrich Schlegel), fournissant par là une base solide aux travaux qui se développeront au cours du colloque ici présenté. Si le séminaire donnera surtout de l’espace aux membres du laboratoire de recherche de Poitiers et à des collègues provenant d’autres institutions françaises, le colloque adoptera une dimension résolument internationale, constituant ainsi le premier événement international organisé par le MAPP sur le thème du romantisme allemand.
La pertinence de ce colloque se répercute à différents niveaux. Avant tout, il constituera une des rares manifestations internationales organisées, en France, sur le romantisme allemand. Non seulement cela contribuera à augmenter le rayonnement propre du MAPP sur le plan international, confirmant l’Université de Poitiers comme l’un des centres principaux en France pour l’étude de la philosophie allemande, mais on peut prévoir aussi que ce colloque participera à attirer à nouveau l’attention, en France, sur le romantisme allemand, et à y réactiver les recherches à son sujet. Pour l’heure, contrairement à ce qui arrive dans le reste de l’Europe, il n’est guère possible d’identifier en France une recherche collective et systématique concernant le romantisme allemand, le paysage se composant plutôt de recherches spécialisées isolées, privées de moments de confrontation et de discussion : à travers ce colloque, on espère stimuler l’essor d’études et de parcours nouveaux, qui puissent voir en Poitiers un des centres névralgiques de référence à l’échelon national et international.
Le présent colloque fera l’objet d’un appel à communications. Il sera envoyé simultanément aux secrétariats des départements académiques internationaux impliqués dans la recherche actuelle sur le romantisme allemand, et sur plusieurs listes de diffusion internationales. Il sera lancé 6 mois avant le début de la manifestation. Les propositions seront examinées par le comité scientifique du colloque. Les candidats recevront une réponse 3 mois avant le début de la manifestation. 5 places d’intervenants leur sont laissées dans le pré-programme, réparties entre toutes les sessions prévues.

Description de la thématique

Le thème central du colloque est le rapport entre l’homme et la nature dans les réflexions du romantisme allemand. On a choisi de proposer ce problème parce qu’il peut être considéré comme un des fils conducteurs de toute la réflexion romantique, en particulier en Allemagne, et comme une des spécificités permettant de mettre en rapport le romantisme avec d’autres courants philosophiques et scientifiques présents en Allemagne à la même époque, tels que l’idéalisme. Il est possible de dégager, à travers le rapport entre l’homme et la nature, les caractéristiques de la subjectivité dans le romantisme allemand, et il est possible de reconnaître dans ce rapport le point de départ de tous les développements que les représentants de ce courant de pensée ont donnés au sujet de leur conception de la liberté (« politique »), de leur théorie de la connaissance (« critique ») et de leur théorie de l’art (« esthétique »). Conformément à cette tripartition, on a décidé de subdiviser les travaux du colloque en trois sessions ; la désignation de chacune est reportée dans le sous-titre du colloque, et est ci-dessous brièvement explicitée.
Ces sessions succéderont elles-mêmes à une séance de présentation plus générale, dans laquelle on donnera de la place à des interprétations d’ensemble du romantisme allemand, lesquelles, à travers le rapport entre l’homme et la nature, toucheront ensemble les trois thèmes devant à approfondir dans les sessions suivantes.

Première session : politique

Dans cette session, on approfondira les aspects les plus spécifiquement politiques du romantisme allemand. Ces derniers trouvent, dans le concept de liberté, une de leurs pierres de touche, et le colloque visera à comprendre comment exactement ce concept demande à être entendu dans le romantisme allemand. Le rapport entre l’homme et la nature est impliqué dans ces réflexions de diverses manières : par exemple, est-ce que l’homme est libre par nature, ou est-ce que sa liberté dépend d’une forme d’émancipation à l’égard de la nature, corrélative peut-être d’une inféodation à la rationalité humaine ?

Seconde session : critique

L’homme, dans son rapport à la nature, se définit également par la relation de connaissance qu’il entretient avec elle. On s’efforcera de présenter la spécificité du romantisme allemand à cet égard, relativement à d’autres propositions philosophiques advenues, dans la postérité de la Critique de la raison pure de Kant, en Allemagne au même moment : l’idéalisme, l’empirisme, le scepticisme et le dogmatisme en particulier.

Troisième session : esthétique

Les réflexions des représentants du romantisme allemand concernant l’art sont probablement les plus connues. La question de savoir si l’art est imitation, ou s’il est une « seconde nature », est ici centrale, mais on montrera comment le lien entre l’homme et la nature permet d’en faire apercevoir d’autres dans le domaine de l’esthétique.

Recherche

Menu principal

Haut de page