Philippe Grosos lauréat du Prix Mercier

Ph G

Philippe Grosos est lauréat du Prix Mercier de l’Université catholique de Louvain pour deux de ses ouvrages : Phénoménologie de l’intotalisable (Cerf, 2013) et Le réversible et l’irréversible (Hermann, 2014).

 

La remise du prix aura lieu le 29 octobre 2015 à l’Institut supérieur de philosophie de l’université catholique de Louvain.

 

 

Ces deux ouvrages sont pensés en continuité l’un de l’autre.

Le premier (Phénoménologie de l’intotalisable) s’efforce de mener à bien la déconstruction du concept de système en s’attelant à un double tâche : d’une part montrer que si l’idéalisme allemand s’est bâti en entendant totaliser ce qui se donne, la phénoménologie quant à elle ne s’est jamais développée qu’en s’efforçant de ressaisir la réalité comme intotalisable ; d’autre part souligner que si le réel ne se donne pas à nous comme une expérience de pensée totalisante, c’est qu’à l’inverse il ne nous apparaît qu’en étant renversant. L’ironie, pour autant qu’elle n’est pas limitée à un fait de langage mais bien plus essentiellement méditée comme la manifestation de ce réel qu’on n’attendait pas ni ne pouvait attendre, est dès lors un concept susceptible de rendre compte d’un tel renversement.

Le second (Le réversible et l’irréversible) entend préciser les enjeux de cette thèse en soulignant là encore deux points : d’une part pour penser l’ironie du réel, il faut penser la réversibilité de nos situations d’existence (laquelle devient alors plus décisive que la seule idée d’irréversibilité temporelle) ; d’autre part, mettre en évidence cette réversibilité ironique, c’est renoncer, contre la tradition philosophique, à privilégier le modèle tragique et lui préférer le modèle tragicomique.

Recherche

Menu principal

Haut de page