Colloque organisé par les laboratoires MAPP et CREPHAC, dans le cadre des activités du séminaire Hegel/Marx

 

Hegel/Marx, hier et aujourd’hui

Appel à contribution

Hegel et Marx continuent, ensemble et séparément, de fasciner et d’inspirer historiens comme étudiants, militants comme théoriciens. Si l’on parle parfois de “Hegel renaissance” dans les cercles universitaires hégéliens, il est difficile de définir où commencent et se terminent ces renaissances qui ne finissent jamais de recommencer tant les champs de recherches sur Hegel sont vastes et étendues d’une partie du monde à l’autre. Des États-Unis jusqu’à l’Allemagne en passant par l’Italie, par exemple, l’intérêt pour Hegel ne s’est jamais entièrement tari depuis la mort du philosophe il y a bientôt 200 ans. Quant à Marx, suite à une période de glaciation académique d’au moins deux décennies, on assiste depuis la crise de 2008 à une regain d’intérêt pour l’auteur et ses écrits aussi bien en France que dans d’autres parties du monde. Le bicentenaire de la naissance de Marx, en 2018, a permis de vérifier cet enthousiasme puisqu’il a vu se succéder colloques, rééditions et publications, mais aussi évènements cinématographiques et muséaux. Mais qu’en est-il de la relation complexe et tant commentée du philosophe révolutionnaire et de son grand prédécesseur idéaliste ? Comment comprendre l’histoire du rapport entre Hegel et Marx, du jeune Hegel au jeune Marx, ou des écrits plus tardifs de Hegel au Marx de la maturité ? Qu’est-ce qui chez Hegel annonce Marx ou comment celui-ci permet-il in fine de dépasser celui-là ? Et au-delà, comment ces rapports éclairent-ils la situation de la théorie et de la pratique révolutionnaires aujourd’hui ?

Ces questions ont été posé à des multiples reprises par une succession de générations de théoriciens, de militants et de commentateurs. Les thèses et les débats sont nombreux, parfois très connus, comme ceux qu’on trouve dans les écrits d’Adorno, de Lukács ou d’Althusser (et de leurs continuateurs et étudiants), parfois plus oubliés comme dans les textes de Raya Dunayevskaya et Georges Lichtheim. Ainsi, des marxistes hégéliens aux marxistes anti-hégéliens, les écarts et désaccords qui intéressent notre séminaire sont nombreux. Et en-deça des relectures et des commentaires, des positions et contre-positions théoriques et politiques qui traversent les discussions mondiales autour du « problème Hegel/Marx », la lecture précise des corpus marxien et hégélien permet de se demander quelles sont les influences et les ruptures, les points communs, les incompréhensions, les lieux de genèse ou de négation. Ainsi, mis à part les courants et les écoles plus ou moins hégéliens, plus ou moins marxistes, ce séminaire permettra de se pencher sur certains concepts communs mais aussi des questions aussi diverses que celles de la contradiction ou de la conscience, du processus ou du travail, de la fin de la philosophie à la fin de l’histoire, du concept de société civile ou plus généralement des lois et des tendances qui structurent la société moderne. Enfin, Hegel et Marx, auteurs prolifiques et encyclopédiques, ont constitué des influences majeures, y compris récemment, pour le renouveau de recherches à un niveau interdisciplinaire, voire post-disciplinaire. Dans le prolongement des travaux qui leur ont été consacrées ou qui se sont inspirés de leurs écrits tout au long du XXe siècle, l’étude de ces auteurs ne se cloisonne pas en philosophie mais permet encore aujourd’hui des rencontres et des croisements entre philosophie et économie politique, entre anthropologie et sociologie, ou dans les domaines de l’écologie politique ainsi que des études sur le genre et sur le colonialisme.

 

Cet appel à contribution, en vue d’un colloque le jeudi 2 et/ou vendredi 3 décembre 2021, est destiné en priorité aux jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et post-doctorant.e.s) en philosophie – mais il est ouvert aussi à des propositions de chercheur.e.s titulaires et d’autres disciplines. Il s’agit de proposer des communications relevant d’un des trois axes du séminaire : la reprise et la critique de Hegel par Marx ainsi que  les médiations jeunes hégéliennes qui marquent le XIXe siècle ;  la postérité du rapport entre Hegel et Marx au XXe siècle dans divers courants du marxisme et de l’hégélianisme ;  l’actualité du rapport Hegel/Marx, en privilégiant des recherches en cours au sujet de thématiques spécifiques et de concepts inspirés des corpus hégélien et marxien.

Plus spécifiquement, nous appelons pour ce colloque à des contributions étudiant le rapport « Hegel/Marx » en lien avec ces quatre ensembles de questions :
1. La dialectique, l’idéalisme et le matérialisme
2. La nature, l’esprit et la société
3. Le travail, l’aliénation et l’économie politique
4. La politique, l’État et la société civile

 

Les propositions doivent être envoyées à l’adresse seminairehegelmarx@gmail.com  avant le 6 septembre 2021. Elles devront comporter l’affiliation et le statut académiques, un titre et un argumentaire entre 3000 et 5000 signes. Les réponses seront envoyées le 27 septembre 2021. Concernant les frais de transport et d’hébergement, les participations des laboratoires de rattachement seront bienvenues, mais il sera possible de prendre en charge les frais de celles et ceux qui ne disposeront pas de financement institutionnel. Le colloque aura lieu le jeudi 2 et/ou le vendredi 3 décembre à l’Université de Poitiers.

 

Comité d’organisation : Victor Béguin, Alix Bouffard, Camilla Brenni, Alexis Cukier, Franck Fischbach, Eric Puisais, Jean Quétier, Ernesto Ruiz-Eldredge